Comment je me suis surpassé dans Koh Lanta.

33 jours d’aventure,


En postulant pour ce genre d’émission, on sait à l’avance que ça ne va pas être facile. On s’imagine avoir faim, être faible, galérer. Mais c’est une toute autre expérience que de le vivre vraiment. La difficulté de l’aventure est décuplée, des facteurs que nous n’avions pas pris en compte nous mènent la vie dure. Le temps est long sur l'île, nos repères sont loins, ainsi que nos proches. Les besoins les plus primaires ne sont plus satisfaits. Le moindre effort nous demande une énergie considérable. Nous souffrons de vertiges quasi permanents. Il ne faut pas se lever trop vite sous peine de retomber aussitôt.


Une part de ce qui nous pousse à continuer, à ne pas abandonner c’est l’appel de la victoire et des 100.000€ promis au vainqueur. Car oui, Il n’y en aura qu’un seul, à la fin, qui gagnera ce jeu extrême grandeur nature.


Concernant le jeu des stratégies à Koh Lanta :


Dans la vie de tous les jours (les jeux de sociétés et autres) je suis bon joueur. Fair Play, je n’hésite pas à jouer à fond, quitte à écraser les autres pour gagner. J'arrive, dans ce genre de situation de jeu, à mettre l'affectif de coté car je sais que l'enjeu n'est pas significatif.


Malgré tout cela, ça a été très difficile pour moi de jouer de cette manière à Koh Lanta. Il y a tellement plus d’enjeux. Nous étions dans des conditions tellement éprouvantes que nos instincts de survies avaient pris le dessus. Il était alors très compliqué pour moi de mentir, de jouer un rôle ou d’écraser quelqu’un tellement nous souffrions déjà. Ça a été psychologiquement très éprouvant. Pour moi, le jeu des stratégies n'était plus ma priorité.


C'est pourquoi j'ai préféré une autre manière d'aller au bout, en restant simplement moi-même, guidé par mon envie de me dépasser et d'aller au bout de cette aventure.


Mais alors, comment se surpasser et gagner ?


La compétition nous amène à repousser nos limites physiques et mentales. Pour gagner une épreuve de confort il faut devenir le meilleur, surpasser ses adversaires pour gagner quelques heures de répit, de la nourriture ou autre parenthèse à une telle aventure.


Malgré les conditions extrêmes de manque de nourriture et de confort, il est possible de se transcender. Quand je me suis senti en danger de quitter l’aventure (épisode 12) j’ai trouvé l’énergie nécessaire pour m’en sortir. Soit je gagnais l’épreuve d’immunité soit le jeu était fini pour moi. L’épée de Damoclès a fait son effet.


Face à ce dilemme, je me transforme et je me découvre sur cette épreuve un mental à toute épreuve. Gagner n’est plus une option, c’est devenu obligatoire, voir même vital.

Je ne voulais pas quitter cette aventure comme cela. Après être arrivé de nombreuses fois 2 ou 3 ème sur les épreuves il fallait que je me prouve que j’étais capable de le faire, de me surpasser, d’aller au bout de moi-même. J’étais venu ici à l’autre bout du monde exactement pour ce moment. Non pas pour prouver aux autres mes capacités mais me prouver à moi-même que j'ai des ressources que je ne soupçonne même pas. Nous avons tous en nous un grand pouvoir qui ne demande qu'a être révélé pour réaliser de grandes choses.

Je suis arrivé sur cette épreuve comme un gladiateur dans une arène.

J’y suis allé comme si ma vie en dépendait. Mon corps, mon cœur et mon esprit étaient pleinement dans l’instant présent. Je me suis alors déconnecté de ce que disait mon mental. Rien n'était plus important, rien ne pouvait m'arrêter, je ne pensais plus à rien, j’étais juste ici et maintenant. La douleur était présente mais était insignifiante par rapport à ma volonté de rester accroché à ce poteau.


J’ai fais un choix ce jour là. Celui de ne pas abandonner. Ma volonté d'être le dernier accroché à ce poteau était devenue plus forte que toute la pression extérieure.

J’ai ressenti la même chose que lorsque je pratique le Parkour et que je suis connecté à 100% au moment présent. Aucun doute, aucune peur, juste une envie ardente de dépasser l’obstacle. Comme une nécessité guidée par le cœur.


Après avoir remporté cette épreuve, j’ai été envahi d’un sentiment que je connaissais déjà.


Celui de la satisfaction, celui de l’accomplissement, de la joie....du bonheur.

Une sensation que j’avais déjà expérimenté à de nombreuses reprises dans le Parkour mais cette fois-ci c'était encore different. J’étais transporté par un sentiment de soulagement intense, lié à ma première victoire et à ma protection lors du prochain conseil. J’étais comme sur un nuage, rien ne pouvait m’atteindre. Sensation inoubliable.


Koh Lanta c'est pas fini ! On ne lâche rien ! Rendez-vous vendredi prochain pour cet avant dernier épisode ! ;)

2,803 vues2 commentaires

ABONNE TOI À NOTRE NEWSLETTER :

© 2019 Prunelle du Monde | Made with Love | Diane & Aurélien | All rights reserved.